À l’approche du mois des morts…

Chronique pastorale - novembre 2018

Novembre est traditionnellement le mois des morts. C’est encore le cas pour l’Église catholique qui souligne la toussaint (Fête de tous les saints) le 1er novembre et qui commémore tous les défunts le 2 novembre.

Des personnes engagées dans la pastorale des paroisses de notre diocèse ont récemment participé à un colloque sur les rites funéraires. Plusieurs conférenciers ont exprimé un fait : de nos jours, la plupart parmi nous mettons la mort au placard… On ne souhaite pas en parler, elle nous fait peur, elle nous paralyse de notre vivant!

Comment je me situe personnellement face à cette mort à laquelle personne n’échappe? Est-ce que je me sens outillé.e face à la possible maladie qui peut surgir du jour au lendemain et face aux deuils que j’aurai un jour à vivre?

La religion catholique n’a pas le monopole pour fournir des réponses aux questions existentielles. Cependant, l’évangile nous rassure : N’ayez pas peur… Je suis venu pour que vous ayez la vie et que vous l’ayez en abondance… Le troisième jour, les femmes trouvèrent le tombeau vide… Jésus est ressuscité à ce qu’on dit!

Mois de novembre, mois des morts… J’entendais deux animateurs à la radio récemment. Tous deux parlaient de leurs projets de funérailles. L’un d’eux partageait vouloir des funérailles à l’église avec des grands chants religieux classiques qui permettraient à ses amis et à sa famille de pleurer. Est-ce que je me donne l’occasion de réfléchir au rituel qui correspond à mes valeurs? En ai-je déjà parlé à un proche? Parler de la mort, ce n’est pas des plus réjouissants, mais c’est un sujet teinté de spirituel qui a son importance. N’hésitez pas à communiquer avec votre paroisse si vous voulez être éclairé sur les funérailles dans une église. Et d’ici là, bonne vie!

 

Par Mélanie Charron
Coordonnatrice de la pastorale d’ensemble au diocèse de Trois-Rivières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*