Tournant missionnaire. À prendre au sérieux ?

Chronique Spiritualité et pastorale d'avril 2018

Les baptisés des nouvelles paroisses dans Mékinac, soient celle de Saint-Cœur-de-Marie (Notre-Dame-des-Anges, Saint-Adelphe, Saint-Éloi-les-Mines, Saint-Léopold, Saint-Rémi-du-Lac-aux-Sables, Sainte-Thècle) et celle de Saint-François (Saint-Tite, Saint-Séverin, Saint-Timothée, Saint-Roch, Saint-Joseph) sont interpellés à quitter leur confort et leurs sécurités. De nouvelles équipes bâtissent des projets. Elles coordonnent des services qui souhaitent répondre à 5 enjeux déterminés lors des consultations du tournant missionnaire.

Ces enjeux exigent un renversement majeur dans notre façon de voir et de comprendre la mission de l’Église. Nous sommes devant un carrefour où il faut se retrousser les manches et discerner les chemins à prendre pour rejoindre les jeunes, les distants, les chercheurs de sens, les assoiffés de paix. Il nous est demandé une fidélité créatrice à la manière des saints et des saintes de chez nous qui ont vécu ainsi : « Les deux pieds bien à terre et le cœur au ciel ». La transmission de l’enseignement libérateur de l’Évangile demeure le même qu’hier mais avec des approches, des méthodes et des dialogues d’aujourd’hui.

L’Église catholique vit des deuils. Des réaménagements obligatoires à cause de la faiblesse des finances, du manque de bénévoles et de l’éloignement de nombreux baptisés des activités, tant liturgiques que paroissiales, jusqu’au climat social bien différent d’autrefois.

À quoi ressemble une Église missionnaire? Il nous faut revenir aux sources, à ce qu’est l’Église par définition : missionnaire. La question du tournant missionnaire doit être considérée avec beaucoup de sérieux et il importe de chercher ensemble comment devenir missionnaires avec espérance, en nous sachant précédés et habités par l’Esprit. Nous sommes envoyés pour partager cette heureuse nouvelle qui change la vie : aucune souffrance, aucune mort n’auront le dernier mot. En Jésus Christ, nous avons la vie, la vie en abondance. C’est d’ailleurs là le message de la Fête de Pâques que nous venons de fêter!

 

Par Mme Suzanne TESSIER
pour l’Équipe de pastorale paroissiale de Saint-Cœur-de-Marie