Un concours d’écriture à la grandeur de la MRC

À l’école Paul-Le Jeune de Saint- Tite, c’est un élève de 5e secondaire, Samuel Quessy, qui a d’abord eu l’idée d’un concours d’écriture; vite suivi de son enseignante en français, Annie Bédard.

Et voilà que ledit concours a été officiellement lancé à la suite des préparatifs qui ont vu tous les professeurs de français, du primaire com­me du secondaire être alertés et inciter leurs élèves à y concourir.

Ledit concours a été officiellement lancé, disions-nous, en présence du directeur adjoint de l’école, François Marceau, qui a exprimé toute sa fierté qu’une telle initia­tive puisse voir le jour.

D’autant plus qu’on est allé chercher des sommes d’argent qui vont récompenser les meilleurs textes, par exemple de la part de Commission scolaire de l’Énergie avec 500 $; de la Fondation de la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie avec 400 $ ainsi que des bons d’achat de livre à la Librairie Poirier puis, un autre 100 $ des autorités municipales de Saint-Tite.

De 300 à 900 mots

Les participants peuvent soumettre autant de textes qu’ils le souhaitent. Les professeurs de français détiennent d’ores et déjà les documents de présentation né­cessaires. On veut des textes de 300 à 900 mots, récits, contes, nouvelles et fables. Les prix seront remis au mois de mai.

L’initiateur du concours et élève de 5e secondaire à Paul-Le jeune, Samuel Quessy, entouré du directeur adjoint de l’école, François Marceau et de son enseignante en français, Annie Bédard.