Kapibouska pour durer

Lors de l’annonce du deuxième été du Village Western Kapibouska, on a compté sur la présence, à l’avant, de Julie Robillard, coordonnatrice aux projets spéciaux et aux relations avec le milieu à la MRC de Mékinac; Marisol Gélinas, qui est la coordonnatrice du Village Western; Annie Pronovost, la mairesse de Saint-Tite et Nadia Moreau, la directrice du développement économique à la MRC de Mékinac. À l’arrière : André Léveillé, l’un des instigateurs du projet; le comédien Rémi Francoeur; Pascal Garneau, attaché politique de Sonia Lebel, la députée de Champlain; Léo Trépanier, le président du ca de Desjardins; Richard Gaudreault, l’attaché politique de François-Philippe Champagne, le député de Saint-Maurice-Champlain aux Communes; Philippe Dumais, de la Microbrasserie À la fût, qui est l’autre instigateur du projet, et enfin, Francis Dugré-Lampron, comédien.

(RM) Le deuxième été du Village Western Kapibouska à Saint-Tite ne ressemble pas vraiment au premier. Pourquoi? C’est qu’on occupe dorénavant la rue Notr-eDame, qui sera fermée en face du site de l’an dernier et, conséquemment, de la Microbrasserie À la fût.

De même, on a fait une nouvelle construction baptisée L’Hôtel du Grand Nord qui se réfère à un édifice historique de Saint-Tite où il y a notamment un espace-musée avec des photos d’autrefois. Il y a également bien des choses disséminées non seulement sur la rue mais à côté, par exemple, des installations de la Microbrasserie À la fût. C’est ainsi qu’on se frotte à des espaces pour recréer la banque (et son coffre-fort), le bureau de poste, le coin autochtone, la chapelle, le magasin général, le bureau du journal, la boutique du barbier, la cabane du cowboy et celle de l’apothicaire. Bref, un village un peu plus authentique!

Un filon porteur

L’identité western héritée du festival s’avère être prometteuse pour le Village Western Kapibouska qui, on le sait, bénéficie de l’appui du milieu et qui, cette année, compte davantage sur l’animation prodiguée par des comédiens sous la direction de Rémi Francoeur à la tête d’une troupe de huit personnes qui déjà l’an passé avait initié l’affaire avec la pièce de théâtre Bang! Bang!

Cette fois, la troupe se charge de transformer l’expérience en théâtre de rue interactif en jouant avec les décors et en personnifiant les habitants d’un authentique village western.

De même, se poursuivent les visites guidées de l’usine Bottes Boulet et de la Microbrasserie À la fût.

3 000 personnes

On chiffre à 3 000 le nombre de personnes qui l’an dernier est passé par le Village Western Kapibouska. Cette fois, on compte sur les services d’une coordinatrice, Marisol Gélinas, qui se charge d’assurer une permanence et de poursuivre le développement (calqué un peu sur le modèle touristique de Tombstone en Arizona) et d’assurer en outre la mise en œuvre d’un plan de communication.

Enfin, on initie cette année la venue de visiteurs par le biais d’un opérateur de tours de touristes Jonview Canada Inc. C’est cependant en 2020 que le Village Western Kapibouska sera intégré dans le circuit et nombre de forfaits.

On pourra se rendre au Village Western Kapibouska les samedis, du 13 juillet au 16 août ainsi que les mardis 16 juillet et 13 août et lors du Festival western.

Rectifions : Dans son édition du mois dernier, le Bulletin de Mékinac, parlant de l’ouverture prochaine de la saison 2019 de cet attrait touristique indiquait qu’il recevait une aide de 10 000 $ de la Ville. Il appert qu’il s’agit non pas d’argent sonnant mais de services.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*