La MRC caresse un projet de 4,2 M$ afin de mieux brancher les localités de Saint-Adelphe, Notre-Dame-de-Montauban et Hérouxville

(RM) Lors de leur toute récente réunion, le 8 mai dernier, les maires de la MRC de Mékinac ont annoncé un projet qui joue d’audace: mieux brancher Saint-Adelphe, Notre-Dame-de-Montauban et Hérouxville; un projet de 4,2 M$ non encore « attaché », pour utiliser le jargon administratif.

Pour l’instant, la MRC compte sur une entente avec Telus, mais il s’agit de convaincre le gouvernement du Québec de monter à bord du projet afin que celui-ci se réalise, bien qu’on sache qu’on est un peu hors programme.

À ce sujet, le préfet de la MRC et maire d’Hérouxville, Bernard Thompson convient que la demande faite au gouvernement du Québec passe un peu « outre du mur-à-mur » mais lance par le fait même un défi aux normes, aux programmes établis.

S’il fallait que ça fonctionne, le réseau dans la MRC serait complété à 87 % avec ce qu’il y a de meilleur; c’est-à-dire un réseau 100 mégabits par seconde aller-retour PureFibre de Telus.

Rappelons que dans son édition du mois dernier, le Bulletin de Mékinac faisait état d’une annonce faite par Telus à Saint-Tite le 4 avril et annonçant d’ores et déjà un investissement de 8 M$ pour un déploiement partiel de son réseau touchant 9 000 familles et commerces dans les municipalités de Lacaux-Sables, Notre-Dame-de-Montauban, Sainte-Thècle, Saint-Séverin et Saint-Tite (pour la MRC de Mékinac) ainsi que Sainte-Anne-de-la-Pérade et Saint-Narcisse (pour la MRC des Chenaux).

Pour ce déploiement-là, Telus prévoit commencer par Sainte-Anne-de-laPérade et Saint-Narcisse dès cet été. De même, on entamera cette année l’installation d’un réseau sans fil évolué de microcellules dans le village de Saint-Tite qui viendra bonifier l’expérience des clients durant le Festival western.

Est-il nécessaire de rappeler l’extrême importance de déployer dans nos localités un réseau Internet d’extrême qualité, un réseau de fibre optique sur tout le territoire pour notamment servir le télétravail si présent de nos jours de même que les entreprises qui ont, plus que jamais, besoin d’être branché à la fois à leurs fournisseurs et clients?

C’est en ce sens que Bernard Thompson rappelait encore, il y a quelques jours, l’importance de voir tout le monde se parler et finir par s’entendre dans ce complexe dossier de brancher tout le monde adéquatement; le message s’adressait non seulement aux élus, députés et ministres responsables à divers paliers mais aussi aux organismes comme, par exemple, le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) dont on a besoin dans certains cas de l’assentiment et dont les critères, parfois, sont jugés surréalistes.

Enfin, le préfet ajoutait qu’il serait urgent d’avoir des réponses rapidement dans ce complexe dossier avant que la belle saison n’arrive et avant, par exemple, qu’au fédéral, toutes les énergies se transfèrent

Lors de l’annonce d’avril, on voyait ici Annie Pronovost, mairesse de Saint-Tite; Bernard Thompson, préfet de la MRC de Mékinac et maire d’Hérouxville; Marie-Christine D’Amours, vice-présidente de Telus, Solutions consommateurs et petites entreprises et Expérience client au Québec et Daniel Hamelin, président de D.H. Électronique et de la Chambre de commerce de Mékinac.