Nouvelles installations pour Belle à croquer

La boutique Belle à croquer de Sainte-Thècle a inauguré ses nouvelles installations le mois dernier. On parle d’un projet d’agrandissement qui a coûté environ 325 000 $.

Belle à croquer a développé de nouveaux concepts adaptés à sa clientèle. Par exemple, on a bâti un laboratoire de mixologie afin d’offrir des produits de soins corporels sur mesure. De même, on a des produits en vrac et zéro déchet.

La propriétaire, Valérie Buist et son conjoint, Sébastien Vincelette.

Par ailleurs, face à l’engouement pour ses produits agroalimentaires, l’entreprise s’est dotée d’une cuisine certifiée, permettant l’élaboration de nombreux produits alimentaires fleuris, telles le fromage aux fleurs, les friandises glacées et une gamme de chocolats fins; des produits à base de fleurs comestibles cultivées par la propriétaire.

L’arrivée d’une section de créateurs québécois fait aussi partie de cette nouvelle boutique où l’on retrouve dorénavant la collection de vêtement de designer mode «Rien ne se perd, tout se crée».

En somme, l’atelier de fabrication de produits corporels a plus que triplé de même que l’espace allouée à la boutique permettant une production 10 fois plus importante, ainsi qu’une expérience client unique bonifiée.

L’entreprise Belle à croquer a vu le jour en 2006. Au cours des dernières années, le chiffre d’affaire s’est vu décuplé; le marché s’est développé à travers le Québec et dans plus de quatre provinces canadiennes, le nombre de produits fabriqués est passé de 25 à 400 et le nombre d’employé, de 1 à 8. En plus des 60 points de vente, du site web transactionnel et la participation aux salons de Métiers d’art, nombreux clients fidèles, se rendent, jour après jour sur le chemin Saint-Michel à Sainte-Thècle afin de se procurer des produits uniques, diversifiés et soucieux de l’environnement. La propriétaire, Valérie Buist, est fière avec raison du modèle d’affaire atypique qu’elle a créé et, par ricochet, de sa contribution au bien-être et à la santé des gens.