Place à Mékinac j’embauche!

Une directrice des ressources humaines mobile s’amène dans le paysage de l’emploi.

Le Carrefour emploi Mékinac entend mieux soutenir les créateurs d’emplois dans la recherche d’employés. Ainsi il vient de lancer une opération nommée « Mékinac, j’embauche », destinée à soutenir ces créateurs.

mekinac-jembauche-logoOn a expliqué que le projet vise 1) à conscientiser les entrepreneurs à l’importance d’adopter des pratiques gagnantes pour assurer une attraction et une rétention de personnel 2) soutenir les entrepreneurs dans la mise en marché des emplois disponibles (à cet effet, proposer des stratégies innovatrices concernant le recrutement de main-d’œuvre) et 3) identifier les emplois « cachés » et en faire la promotion afin de dynamiser le marché de l’emploi sur le territoire de la MRC Mékinac.

Concrètement, la conseillère en emploi et au suivi en entreprise du Carrefour, Francine Ricard, vient d’entamer une tournée des entreprises qui, particulièrement, connaissent des difficultés de recrutement, afin de leur proposer certaines actions spécifiques inhérentes à leur secteur d’activité.

Madame Ricard travaillera en collaboration avec les autres ressources du Carrefour et avec divers partenaires du territoire afin de promouvoir les postes disponibles et les opportunités d’établissement sur le territoire pour de nouveaux travailleurs. De plus, elle explorera diverses alternatives visant à répondre aux besoins des entreprises pour des emplois à temps partiel comme un projet de partage d’employés.

« Nous croyons que ce projet répond à un réel besoin des entrepreneurs de la MRC Mékinac, notamment les très petites entreprises qui sont laissées à elles- mêmes pour le recrutement de nouveaux employés », a expliqué Geneviève Racine, la présidente du conseil d’administration de l’organisme.

Quant à Marc Bélisle, président de Batterie Mauricie (l’entreprise qui a accueilli le lancement de cette opération), il a souligné « l’importance, a-t-il dit, pour les entreprises de sortir des sentiers battus et de s’adapter afin d’assurer une rétention en emploi des employés productifs ».

Enfin, Bernard Thompson, préfet de la MRC de Mékinac, s’est montré fier que le Fonds de développement du territoire ait contribué au projet avec une somme de 11 000 $, soit 44% de son coût pour une première année.

En fait, on a parlé de mieux arrimer ainsi les besoins de main-d’œuvre avec les chercheuses et chercheurs de travail. On veut stimuler le marché de l’emploi avec cette nouvelle façon de faire qui, a-t-on noté, ne trouve pas son pareil ailleurs au Québec selon le directeur général du Carrefour emploi Mékinac, Guy Veillette. On a dit de madame Ricard qu’elle allait être en quelque sorte une directrice des ressources humaines mobile.

Alors que la présidente du ca du Carrefour emploi Mékinac, Geneviève Racine prenait la parole, on voyait plus loin, de gauche à droite, le préfet de la MRC, Bernard Thompson; le président de Batterie Mauricie, Marc Bélisle qui a accueilli la conférence de presse dans sa boutique; le direc- teur général du Carrefour emploi Mékinac, Guy Veillette, et enfin, celle qui, principalement va gérer le programme, Francine Ricard.

Alors que la présidente du CA du Carrefour emploi Mékinac, Geneviève Racine prenait la parole, on voyait plus loin, de gauche à droite, le préfet de la MRC, Bernard Thompson; le président de Batterie Mauricie, Marc Bélisle qui a accueilli la conférence de presse dans sa boutique; le directeur général du Carrefour emploi Mékinac, Guy Veillette, et enfin, celle qui, principalement va gérer le programme, Francine Ricard.