Une grande étape pour À la fût

La microbrasserie rendue plus performante grâce à de nouvelles installations

Le vendredi 25 mai dernier est à marquer d’une pierre blanche à Saint-Tite. Car en effet, les artisans de la microbrasserie À la fût ont fait les choses en grand pour inaugurer leurs nouvelles installations. Les trois principaux partenaires d’À la fût étaient les hôtes de l’événement; il s’agit de Pierre-Paul Carpentier, Francis Foley et Philippe Dumais.

La photo officielle où on a, plutôt que de couper un ruban, couper un lasso! De gauche à droite: Pierre-Paul Carpentier, la députée et ministre Julie Boulet, Francis Foley, Philippe Dumais, la mairesse Annie Pronovost et le préfet de la MRC, Bernard Thompson.

Qu’a-t-on inauguré ? Il s’agit d’un immeuble construit à côté de la microbrasserie (elle-même dans l’édifice qui a abrité le premier magasin général sur la rue Notre-Dame) et qui a nécessité des investissements totaux de 3,3 M$. On va ainsi doubler la production en une année et on vise de la tripler d’ici 5 ans.

Indiquons que l’un des fondateurs, Francis Foley a eu la bonne idée de faire un exposé lors de l’inauguration, question de bien expliquer le contexte dans lequel on se trouve en ce moment à la microbrasserie À la fût.

Francis Foley a expliqué qu’on a traversé dans les dernières années à la microbrasserie une crise de croissance; c’est-à-dire qu’on ne parvenait pas ou peu à répondre à la demande.

Maintenant, on va produire 3 000 hectolitres de bière par année. Pour relativiser les choses, Francis Foley a indiqué que McAuslan à Montréal produisait déjà, à sa 2e année, 20 000 hectolitres.

À la fût, c’est 130 points de vente sur un potentiel de 7 000; c’est de 40 à 50 employés; c’est une vingtaine de fournisseurs locaux qui sont de la partie.

L’Association des microbrasseries du Québec (au sein de laquelle À la fût est fort active) déplore ne détenir que 10% des espaces et/ou disponibilités de vente de bières; le reste étant l’apanage des géants de l’industrie.

Francis Foley, fraîchement de retour d’Oregon aux États-Unis, indiquait que là-bas, la place des microbrasseries était de 23%.

Un appel au secours

Celui-ci a ni plus ni moins lancer un sympathique appel au secours, souhaitant que les festivals et manifestations locales de toutes sortes adoptent l’habitude d’offrir des bières brassées localement. À ce titre, on était bien content de rappeler que la P’tite Cocotte d’À la fût sera offerte sur les plaines d’Abraham lors de la Fête nationale.

Enfin, pour sa part, la députée et ministre Julie Boulet a salué chaudement les artisans d’À la fût tout en se remémorant les avoir rencontré dès le départ en 2005 avec alors, a-t-elle confessé, passablement de scepticisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*