Deux localités de notre MRC touchées par la demande de compensation financière de Shawinigan

Deux localités de notre MRC sont concernées par la demande de compensation financière faite par Shawinigan. Ce sont Saint-Tite et Hérouxville.

Shawinigan est allé chercher l’expertise de la firme de comptables Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) qui lui a indiqué qu’il existait un écart de 476 000 $ entre les services qu’elle paye aux visiteurs de neuf municipalités environnantes et les tarifs payés par ces utilisateurs.

Cependant, il va sans dire que les municipalités sollicitées ne voient pas les choses du même angle et cela, bien que Shawinigan s’est adressé au ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux, qui doit demander à la Commission municipale du Québec de produire une étude pour déterminer le caractère supralocal d’une longue liste d’équipements, d’infrastructures, de services et d’activités.

Par exemple, on veut soumettre à l’évaluation le caractère supralocal du Centre des arts, de la Maison Francis-Brisson, du Parc de l’Île Melville, du Centre Gervais auto, des arénas Gilles-Bourassa, Grand-Mère et Émile-Bédard, du centre municipal de curling, du complexe sportif, des terrains de soccer et de baseball et de la piste d’athlétisme Marcel-Jobin.

Les représentants des neuf municipalités rencontraient les médias il y a quelques semaines pour simplement réclamer le principe de l’utilisateur-payeur, c’est-à-dire de déterminer des tarifs pour celles et ceux qui ne sont pas de Shawinigan. Les représentants des neuf municipalités demandaient par le fait même au ministre Coiteux de ne pas intervenir inutilement dans cette affaire ni même d’y mêler la Commission municipale du Québec.

Une longue lutte se dresse-t-elle devant nous ?